La démarche environnementale

La métropole toulousaine souhaite inscrire le projet de construction du nouveau Parc des Expositions et Centre de Conventions de Toulouse Métropole (PEx) dans une démarche de développement durable. L’objectif est d’obtenir la certification Haute Qualité Environnementale (HQE™) et le label LEED® NC (Leadership in Energy and Environmental Design New Construction).

Le développement durable au coeur du PEx

L'inscription du projet de construction du PEx dans une démarche de développement durable débute dès la conception de l'architecture du Parc, en privilégiant notamment la compacité du bâtiment pour réduire l'emprise au sol. Ce choix permet ainsi de maîtriser au mieux l’impact sur l’environnement, tant au niveau urbain avec les secteurs habités alentours qu’au niveau du milieu naturel. 

Pour aller plus loin dans sa démarche, la maîtrise d’ouvrage s'est engagée dans l’obtention de la certification Haute Qualité Environnementale (HQE) et la labellisation internationale Leadership in Energy and Environmental Design New Construction (LEED-NC). Ces certifications exigent une qualité dans la réalisation des travaux, à laquelle Toulouse Métropole est particulièrement attachée.

La certification HQE™

La certification HQE™ est une démarche française qui porte sur les bâtiments et vise à limiter à court et à long termes les impacts environnementaux, tout en concevant un bâtiment confortable pour l’utilisateur et respectueux de l’environnement.

La labellisation LEED® NC

Le label LEED® NC est le label le plus développé au plan international. Il reprend les objectifs HQE pour les bâtiments en les élargissant à l’environnement immédiat du projet : diminution de la pollution lumineuse, solutions alternatives à la voiture, aménagements paysagers économes en eau, gestion des déchets, recyclage des matériaux, etc.

Un chantier qui respecte l'environnement

La charte chantier propre : limiter l'impact environnemental du projet

Une « charte de chantier à faible impact environnemental et à nuisances limitées », dite « charte chantier propre » a été signée par l’ensemble des entreprises intervenant sur le chantier. Elle décrit l’organisation générale du chantier, commune à tous les intervenants du projet. Elle synthétise un ensemble d’objectifs de propreté, de développement durable, de respect de l’environnement humain et milieu naturel définis.

Un écologue assistera la maîtrise d’oeuvre et la maîtrise d’ouvrage pour que les actions à réaliser à des fins de protection du milieu naturel soient planifiées et réalisées de manière compatible avec le chantier. 

Préserver les espèces naturelles

Des mesures spécifiques viennent éviter, réduire et compenser l’impact résiduel du projet sur le milieu naturel. Des zones spécifiques dites de « compensation environnementale » et de « mise en défens » ont été définies pour préserver des espèces naturelles repérées sur le site dont, en particulier :

  • un insecte : le Grand Capricorne ;
  • une plante : la Cicendie naine ;
  • et un oiseau : l’OEdicnème criard.

Actualités